Rétro sur l’année 2007

Les 100km de MILLAU

Samedi 29 septembre 2007 

Cette course est née en 1972 grâce à Serge Cottereau et Bernard Vidal. L’actuel parcours date de cette époque, avec une première boucle le long du Tarn sur chacune de ses rives, puis un aller-retour jusqu’à Saint-Affrique par delà le col de « Tiergues ». Au milieu des années 1990, le départ passe de 13 heures à 10 heures. (wikipedia)

Le 100 km de Millau est une épreuve de course à pied sur route goudronnée appartenant à la famille du grand-fond. C’est le plus vieux 100 kilomètres français ; il se dispute à Millau tous les derniers samedis du mois de septembre depuis 1972

Le style libre (la marche est autorisée) et le temps limite de 24 heures attirent de nombreux participants voulant s’essayer au « cent bornes », a contrario le profil ardu et le cadre en font l’une des plus prestigieuses courses d’ultrafond françaises, surnommée « La Mecque du 100 km ». Depuis 1981, année de la dixième édition, le succès de cette course ne s’est jamais démenti et chaque édition attire environ 1500 coureurs qui terminent dans les délais fixés à 24 heures. Les organisateurs de la course restent attachés à l’esprit d’amateurisme : aucune prime n’est distribuée aux premiers. À la première édition, il y aura 68 participants dont seulement 38 coureurs passeront la ligne d’arrivée. En 1991, la 20 édition enregistre un record avec 3800 partants 2019 verra sa 48 ème édition.

MILLAU est la “Mecque” du 100km dans le monde comme New-York est la “Mecque” du marathon……

C’est donc la course d’ultra qu’il faut faire au moins une fois. Le cadre est magnifique avec un aller retour dans la vallée du Tarn (côté rive droite et puis rive gauche ), ce qui correspond au marathon. Les marathoniens s’arrêtent au gymase et les centbornards se dirigent vers le viaduc pour un aller et retour par Saint Affrique avec un dénivelé conséquent de près de 1200m+…….que les nombreux accompagnateurs en vélo ont un peu de mal à suivre.

De nombreux coureurs du club “ont fait MILLAU “ le dernier WE de septembre et certains récidivistes ont connu…..la canicule……la pluie continue……les orages …..et inondations au camping……

Je n’ai pas tout l’historique mais en il y avait en 2001 : Chantal HATON, Hervé GOMES, Jean-Louis CUITOT et moi. 2007 : Franck PLANCON, Stéphane FLANDRE, Claude AUBRY, Stéphane BRUYEN, Bertrand ROBINET, Christian VELLY et moi. 2009 : Guy COOPMANN, Paulo DE MAGALHAES, et Jean THIEBAULT., 2010 : Ramiro FERNANDEZ, 2011 : Christian LHOTTE, Christian VELLY, Jean THIEBAULT, Ramiro FERNANDEZ, Claude AUBRY et moi. 2012 et 2018 : Frédéric WARRAND et Jean THIEBAULT. 2013 et 2014 : Christian VELLY et Jean THIEBAULT. 2015 : Jacques WEILER et Jean THIEBAULT…….

les 2 et 3 premiers km ……impressionnant peloton. Les centaines de vélos des accompagnateurs (eux aussi ont un dossard) attendent à partir du 7ème km ……les N° pairs d’un côté de la route et impairs de l’autre et ça se passe au mieux

On ne va pas au 100km de MILLAU pour faire un chrono ou battre son record perso sur la distance, mais pour profiter des superbes paysages de l’Aveyron et de l’ambiance de fêtes. Je n’ai d’ailleurs jamais fait de performances lors de mes 3 participations

2001 : 10h29′ après le marathon du Médoc 15 jours avant…….pas reposant le Médoc!!

2007 : 10h50′ un mois après l’UTMB (163km et 9000m+)

et en 2011 : 11h46′ un mois après le Grand raid des pyrénées (160km 10000m+

Stéphane, Claude et Franck
Pas d’accompagnateurs vélo pour nous
1ère boucle (le marathon) dans la vallée du Tarn, c’est parti l’aller et retour St Affrique (58km)
Stéphane
Bertrand et Valérie dans le col de Tiergues
Franck……..bientôt ….
…..la nuit et l’arrivée

  

Résultats1565 partants
81èmeFranck PLANCON9h59’38′”
174Jean-Claude PAROLI10h50’05′”
194Stéphane FLANDRE10h57’33”
204Claude AUBRY11h00’24”
424Stéphane BRUYEN12h17’02”

  24, 25 et 26 août Ultra Trail du Mont Blanc

Un mois avant MILLAU , c’était UTMB ……édition 5

163km8900m+2300 partants1437 arrivants
203èmeGuy COOPMANN32h21’05”
605Jean-Claude PAROLI38h11’25”
1114Gérard MAFFRE42h48’05”

Quelques mots de cette édition 2007 (voir l’édition 2004 sur les news se mars 2020).

Une météo correcte pour la 5ème édition . 4 coureurs du club au départ accompagné de Patrice CAUET, ultra traileur à l’époque devenu triathlète et qui essaie avec un gros mental et beaucoup d’opérations depuis de nombreux mois de retrouver un semblant de condition physique suite à son grave accident de vélo …..une voiture l’ayant fauché par l’arrière à grande vitesse.

Yannick LEVERT n’a pas terminé la course comme 38% des partants…..un pourcentage courant en ultra trail. Belle course de Guy COOPMANN pour sa 1ère et seule édition ( Une pensée également à lui, suite à une chute individuelle et fatale en vélo également début octobre 2017). Gérard termine dans le délai imparti (44h il me semble à l’époque). Quand à moi, je suis à ma place, difficile de faire mieux

veille de course
départ imminent
le sourire après 43h de course
Arrivée de Gégé avec les enfants……à la 5ème édition c’est maintenant la foule dans Chamonix
la famille Maffre …..bravo papa
Guy au ravito de ??
début de course vers le col de Voza
lever du (1er ) jour au col de Seignes

la NOVE COLLI (neuf collines) 202km 4500m+

Avant de vous parler de la NOVE COLLI Running, il faut commencer par le vélo……vous comprendrez mieux l’épreuve de course à pied.

Il faut avoir un peu l’habitude de rouler en peloton

Plus ancienne cyclo au monde, la Nove Colli Selle Italia est aussi celle de tous les superlatifs: pour la participation, la qualité de son organisation, sa démesure, quelquefois, mais surtout, par la qualité de l’accueil.

Cesenatico, en Emilie-Romagne, est connue pour deux choses. La première : Marco Pantani. La deuxième : la Nove Colli, plus ancienne cyclosportive au monde, crée en 1971. Pour sa 48ème édition, qui a réunit près de 12 000 participants, dont 29 Français, la mythique cyclosportive italienne, ses 200 kilomètres et ses montées sévères, plus longues que les Capis du Milan-San Remo, mais dont les sommets sont loin d’être ceux des cols des Dolomites, a été une nouvelle fois encore, un véritable succès populaire, à travers de somptueux paysages. Avec 350 mètres de dénivelés sur des montées qui font 8 ou 9 kilomètres, avec des pourcentages impressionnants (en moyenne 17%), le parcours a offert un véritable défi aux concurrents, en plein cœur de la campagne de Romagnole.

Dimanche 20 mai . A l’Aube, les huit sas séparés de trois minutes chacuns s’élançent à l’assaut des 131,7 kilomètres pour lé médio fondo et 205 kilomètres pour le gran fondo. L’ambiance est festive. L’hymne italien retentit, sous le bruit assourdissant d’un hélicoptère de la RAI 3, spécialement affreté pour retransmettre en direct la course. Joaquim Rodriguez, Ivan Basso ou Mauro Gianetti sont là, à l’invitation de Paolo Bettini, qui s’est associé à la fondation sur la recherche contre les maladies infantiles de Cesenatico et dont l’objectif est de lever 20 000 euros. Il fait déjà chaud, sur les bords de l’Adriatique. Les concurrents sont prêts à prendre le large, direction Polenta, première difficulté du jour, après 30 kilomètres de plat sur de grandes routes larges et agréables et déjà trois tapis de contrôle franchi. Le choix du parcours se fait lui en cours de route, après 100 kilomètres de course.

En groupe, les courreurs traversent les villages, passent des arches à l’image de celles du Giro, saluent les supporters venus en nombre sur les bords de la route, comme sur l’Eroïca. Le “sommet” de l’ambiance se situe sur le dernier kilomètre de la difficulté numéro quatre : la Barbotto, ses 5,5 kilomètres, ses 372 mètres de dénivelés et ses 6,9 % de pente moyenne. Mais surtout, un ultime kilomètre annoncé à 18 % de moyenne.

Si les altitudes sont basses, le maximum est atteint à 791 mètres, sur le col numéro sept : le Monte Puglian, avec des passage à 12%. Au total, les montées font 89 kilomètres, soit 43 % du parcours du Gran Fondo. Et c’est bien la répétition des difficultés qui fait la réputation de l’épreuve et son succès, année après année, tant auprès des italiens, que des étrangers. La Nove Colli, c’est 52 nations représentées, dont 439 Allemands, 139 Belges, 183 Britanniques, 296 Suisses ou encore 129 Autrichiens. Et parmi ces participants, 15% de femmes en plus ont été présentes, soit le nombre record de 832 athlètes inscrites. 

L’arrivée de cette Nove Colli est à la hauteur de l’évènement. Toutes les finisheuses reçoivent une médaille, comme les hommes, et une rose, un geste sympathique, que n’a pas manqué de saluer la foule. A l’arrivée, une fois l’arche passée, dans le parc à vélo, une pasta party géante à l’Italienne avec Penne à la tomate, viande, entrée, glace, bière, vin et café, est dégustée savoureusement par l’ensemble des courreurs. 

Succès cette année encore, la 48ème édition de la Nove Colli repartira l’an prochain avec 1000 femmes au départ, en attendant la 50ème édition anniversaire, en 2020, qui ……n’aura pas lieu…..covid 19   (Article vélo 101)

Cesenatico

Voilà vous savez tout sur l’épreuve historique. L’épreuve Running a été créé en 1998 sur le même parcours que la célèbre cyclosportive. Un départ en bord de mer sur le port de Cesenatico à 0m et le plus haut au Pugliano à 787m. Des montées et des descentes à fort % , 9 collines à monter/descendre et retour à Cesenatico.

Briefing

Le départ running est le samedi à 12h pour un peloton ne dépassant pas 100 coureurs les meilleures années (5 arrivants à la 1ère en 1998).

Avant le départ …..bénédiction des athlètes par le prêtre
12h c’est parti pour 202km sous le soleil de mai
Petit souci technique pour Doudou Haton
Sur le parcours
Bientôt la nuit
Nos accompagnateurs se ravitaillent …..une nuit blanche aussi pour eux
Claude
Inquiet ….ça se gâte du côté des pieds
……Ca ne va pas le faire…….
Des pâtes pour Franck
Claude et moi au lever du jour
Arrivée des 1ers cyclistes…la route est désormais interdite à nos accompagnateurs
attention aux vélos !!!
Dur dur pour moi……pas un ne veut me prêter son vélo !!!! tant pis je finirai quand même ….pas d’erreur sur le panneau ….c’est Mutigny ……
petit ravito
Gros ravito
délicieux….

Le départ vélo a lieu le dimanche matin pour 12000 cyclistes en plusieurs vagues qui vont doubler les coureurs sur la fin du parcours ……il nous faut impérativement courir côté gauche et sur le bas côté car les pelotons arrivent dans les descentes à pleine vitesse.…..les pelotons se composent de quelques coureurs à 50 voir plus. La cyclo se gagne en environ 6h30 à plus de 30km/h de moyenne. …..gagnée souvent par des ex pros ….ou par un/des? ex dopé des pelotons. Cette année 2007 c’est le lituanien raimondas RUMAS (dopage à l’EPO disqualifié tour d’Italie 2003……)

Comme sur toutes les grandes courses d’ultra, il y a une délégation de Français dont l’habituel groupe de Champenois et leurs amis les chirurgiens Bernard LLAGONNE et mon “faux” jumeau Antoine PIERSON de Charleville (nous sommes nés le même jour, même année et presque à la même heure ainsi que Jean-paul GOBEAUX de Chimay et Philippe AUBERGER de Mers ( tous les deux inscrits sur la cyclo, Jean-Paul abandonnera sur casse de dérailleur)

Beaucoup d’abandons sur cette édition. 81 partants et seulement 27 arrivants et le 27ème et dernier c’est moi……à cause d’une erreur de débutant. Grrrr….J’avais avant la course prévu de changer ma paire de petites semelles d’un mm en “noène” amortissantes que je mets sous la semelle de propreté habituellement sur les ultras macadam . Mon vendeur Running3 m’a proposé une nouveauté ….la semelle de propreté tout en matériau “noène” parait-t-il génial . Sauf qu’au bout de 50km, ça a commencé à me chauffer le pieds, puis les 1ères ampoules et les autres qui ont suivi.

Après des soins j’ai continué avec Claude et rentré seul au mental……les pieds détruits après 202km……je ne pourrai d’ailleurs pas marcher le lendemain pour notre 1ère visite d’après course à Ravenne…..pour Venise c’était mieux.

Franck termine encore à une excellente 5ème place et Claude 23ème mais en ayant passé un peu trop de temps avec moi. (En 2008 Hervé GOMES parti seul en Italie terminera 8ème en 23h04′)

Quand à Chantal, elle n’a fait qu’une vingtaine de kms, c’était prévu mais je ne sais plus pourquoi ?

202.4km4500m+/-81 partants27 arrivants
5èmeFranck PLANCON23h40’10”
23Claude AUBRY29h18’50”
27Jean-Claude PAROLI30h40’00”
Franck et Bernard LLAGONNE à l’arrivée….les coureurs profitent aussi des hôtesses de la Cyclo
Arrivée de Claude

L’après course

Champagne ……
Une semaine à l’hôtel avec un patron aux petits soins pour nous
Indispensable récup après une course
Les 10 ans de la NOVE COLLI à l’hôtel
Très peu de monde au bord de l’Adriatique
Récup
Visite du tout nouveau musée Marco PANTANI “il pirata” ou “elefantino” : coureur italien qui a gagné le tour de France et d’Italie……mort en 2004 à 34ans dans une chambre d’Hôtel à Rimini suite à des doses trop fortes d’antidépresseurs et cocaïne .En 1999 il fut interdit de départ de l’avant dernière étape du tour d’Italie qu’il était sur le point de remporter suite à un contrôle sanguin….A ce jour les circonstances exactes de sa mort restent un mystère
Marco PANTANI à Cesenatico, il est partout

Quelques photos de notre séjour ……en vrac

3 commentaires sur “Rétro sur l’année 2007”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.